« Nous nous connaissons depuis longtemps avec Lorànt Deutsch. Il a joué dans deux de mes courts "Echec et plonge" et "Ta sœur". J’aime l’idée de travailler dans la continuité avec les acteurs, et Lorànt à cette qualité rare : la fidélité. Tout le monde connaît son incroyable potentiel de comédie. Il me fait pense aux grands acteurs des comédies italiennes des années 60.
Pour les rôles de Maya et de Malika, il fallait deux comédiennes qui répondent au duo formé par Jalil et Lorànt. Avec Barbara Cabrita et Sara Martins je ne pouvais pas trouver mieux. Elles dégagent toutes les deux une grande douceur mêlée d'assurance; elles sont des beautés rayonnantes.
Jalil Lespert dégage une présence incroyable devant la caméra, une impression de force fragile. C’est un fonceur réfléchi, à multiples facettes. La complémentarité du duo que forme Lorànt et Jalil était évidente, avec notamment la précision de Lorànt et la soudaineté de Jalil.
François Berléanda donné une dimension étonnante au personnage de Monsieur Meinau. Un personnage que l’on découvre par petites touches jusqu’à la scène finale du film. François aime bien prendre les gens à contrepied, il adore son rôle de grand bougon farceur sur le plateau, c’est sa manière de se concentrer.
Ce qui était le plus difficile à faire sur le personnage de Jimmy, c’était de travailler l’ambiguïté, que Jimmy soit tout à la fois inquiétant et sensible, triste et terriblement drôle. Pascal aime son métier plus que tout, il y plonge, joue avec le sérieux et la gravité d’un enfant, note chaque détail, accumule les informations puis se livre sans retenue.»

[ Martin Valente se passionne très tôt pour le monde du 7e art. Héritier d'une certaine tradition du cinéma français comportant des scènes très dialoguées, il s'essaye d'abord aux courts métrages. En 1998, il réalise 'Echecs et plonge', interprété par Lorant Deutsch, et en 2000, 'La Déclaration', avec Blanche de St-Phalle. Il rencontre un premier succès avec le court métrage 'Ta soeur', qui est présenté dans de nombreux festivals, et sera récompensé au Festival d'humour de Meudon par le prix TPS et le prix d'interprétation pour Lorant Deutsch. En 2003 il tourne son premier long métrage, 'Les Amateurs', qui s'inspire du scénario de 'Ta soeur'. Il signe ensuite 'Fragile(s)', en 2007, puis 'Un jour mon père viendra' en 2010, où il retrouve pour la troisième fois François Berléand, aux côtés de Gérard Jugnot et Olivia Ruiz… ]

  • « Bien loin de la comédie douce-amère que l'on pouvait escompter, Les amateurs est avant tout le fruit d'une tendresse infinie et d'une générosité rare pour les personnages, ce qui rend les moments drôles si touchants et fait de ce premier long métrage un précieux instant de bonheur. »
    Jennifer Homère - aVoir-aLire.com
  • « Le tandem de base de comédie se nuance ici sacrément, avant tout grâce à l'interprétation, excellente, des deux jeunes acteurs très bien entourés. »
    Aden - Le Monde
  • « Dans ce premier film, les dialogues sont plaisants, les situations comiques, les acteurs en forme, mais c'est trop gentil. »
    Françoise Audé - positif
  • « Une chronique bon enfant de la banlieue nord de Paris. »
    Vincent Ostria - L'Humanité
  • « le film est sympatoche et n'a pas le côté show-biz des ignobles La Beuze, Le Raid, Gomez & Tavarès, Le Boulet... Ajoutons que le personnage du caïd de cité campé par Pascal Légitimus, excellent acteur de composition, vaut le déplacement. »
    Les Inrocks

les films de Martin Valente sur ce site :

Un jour mon père viendra, de Martin Valente Fragile(s), de Martin Valente Les amateurs, de Martin Valente