« Je voulais que cette histoire respecte totalement les règles du genre et faire une pure comédie romantique parlant d’amour et des aléas du quotidien d’une vie de couple. (…) De mon point de vue, dans la comédie romantique, les dialogues et leur vérité s’imposent sur les situations. (…) On avait envie d'une comédie très dialoguée et construite sur un affrontement entre deux caractères très forts, avec le point de vue successif de l’un et de l’autre. L’un des grands défis du film a consisté à tenir ce parti pris sur la longueur et à jouer avec leurs visions différentes de leur relation jusqu’au quiproquo qui a provoqué leur séparation. Le tout en multipliant les fausses pistes pour que le spectateur s’attache à eux et ait envie de savoir ce qui s’est vraiment passé. (…) Pour ma part, quand je vais voir un film qui parle d’amour, j’ai avant tout envie d’y croire. Je suis plus intéressé par la question de savoir si les deux héros finiront ensemble que par les vannes en elles-mêmes. Il faut évidemment qu’il y en ait. Tout est question de dosage. Et donc d’équilibre entre romantisme et humour. Un humour un peu acerbe grâce à Nicolas mais aussi à Ludivine qui a totalement joué le jeu.»

[ Diplômé du conservatoire d’Orléans en piano classique et hautbois, ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure de Télécommunications, Alexandre Castagnetti crée en 1999, avec Corentin Julius, la société de production "Manque d’Allure Productions". En 2000, il écrit, produit et réalise "Herbie et Earl", une émission à sketchs diffusée sur Internet, puis, en 2001, un court métrage, "Arrêts de jeu". En 2004, il co-écrit et co-réalise avec Corentin Julius son premier long métrage, "L’Incruste", avec Titoff et Frédéric Diefenthal. Auteur, compositeur et chanteur du groupe "Beaubourg", il crée en 2007, avec Clément Marchand, « La Chanson du Dimanche », duo musical comique. Leur succés sur internet (plus de 40 millions de clips vus en 2010) l’amène à la création, la co-écriture et la co-réalisation de deux saisons de la série "La Chanson du Dimanche, la série", sitcom musicale autour du duo. De 2007 à 2010, il co-écrit et co-réalise également deux saisons de la série "Les Invincibles" diffusée sur Arte. ]

  • « Ces deux têtes à claques au caractère bien trempé deviennent vite attachantes par leur vulnérabilité et leurs défauts, mais aussi grâce au duo Sagnier-Bedos, dont la présence, le charme et la sincérité sont indéniables. (…) L'humour l'emporte néanmoins sur la vanne vacharde, et le romantisme sur le cynisme et ça, ça fait du bien. »
    Véronique Trouillet - Studio Ciné Live
  • « Le premier film (cinéma) d'Alexandre Castagnetti offre un festival d'inventivités visuelles quasi inédites à notre niveau de production hexagonale (…) Le réalisateur s'appuie sur un duo de comédiens matchant à la perfection (…) ces deux là, bien épaulés par une galerie de seconds rôles judicieusement envahissants quand il le faut, sont bien l'arme de choix d'un réalisateur extrêmement doué pour toucher le cœur de midinette qui sommeille en nous. Et de le faire en n'oubliant jamais que tout ceci doit rimer avec cinéma, propulse Amour & turbulences à des hauteurs rarement vues, jusqu'ici, dans notre pays. »
    Laurent Pécha - Ecran Large
  • « Une jolie idée pour une comédie qui met un peu de temps à décoller et qui repose surtout sur le charme convaincant des deux protagonistes. Peu habituée à ce registre, Ludivine Sagnier est craquante de naturel face à un Nicolas Bedos qui n’hésite pas à se moquer de son image de séducteur homme à femmes. »
    Jean-Pierre Lacomme - Le Journal du Dimanche
  • « Cette comédie du remariage charme par la qualité de ses dialogues, de son rythme et du jeu plein de peps de ses acteurs (…) Elle arrive par moment à faire oublier sa nationalité française. Pour un genre cinématographique si viscéralement associé à l'Amérique, ce n'est pas un mince exploit. »
    Isabelle Regnier - Le Monde
  • « L'idée est amusante pour une comédie sentimentale qui ne manque pas de piquant, de situations rocambolesques ni de fausses pistes. (…) Tout repose sur les dialogues qui sonnent juste et sur les acteurs, premiers et seconds rôles, Clémentine Célarié en tête, parfaitement dirigés par Alexandre Castagnetti. »
    Jean-Luc Wachthausen - Le Figaro
  • « Amours & Turbulences appartient donc à cette catégorie de films romantiques et légers, aux dialogues incisifs et aux personnages névrosés à souhait. Ludivine Sagnier et Nicolas Bedos forment un couple très assorti. (...) Avec des seconds rôles truculents (reine des « loosers », Clémentine Célarié, exquise en mère castratrice) et des répliques percutantes et cruelles, Amours & turbulences s’amusent à détourner les codes de la romance parfaite : un véritable cauchemar avec ses hasards et ses conséquences. »
    Vincy - Ecran Noir
  • « Le couple Sagnier-Bedos fonctionne à 100% (…) Ils sont entourés par une galerie de personnages secondaires fantastiques (…) Définitivement la bonne surprise du moment. »
    Frank Mikanowski - Unification France